NL    FR
Contact   
 
La Régie des Bâtiments
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Activités
 

Chantiers/Réalisations

 

Flandre
Bruxelles
Wallonie
International

 
 
 
Marchés publics
  1.  Nos cahiers des charges
  2.  Dépôt d'une offre / candidature
  3.  Marchés en cours
  4.  Appel ouvert à candidats
  5.  Free Market
  6.  Liens utiles
  7.  Autres documents
 
Divers
 
 
 
Lien
 
  Vous êtes ici: Accueil > Réalisations > Réalisations Wallonie > LIEGE – Extensions du palais de justice

LIEGE – Extensions du palais de justice

Les institutions judiciaires de Liège étaient dispersées sur une quinzaine de sites dans la ville dont le Palais des Princes-Evêques, place Saint-Lambert. C'est au départ de ce monument, classé patrimoine majeur, qu’il fut décidé de réaliser à proximité des extensions permettant d’accueillir la plupart de ces juridictions. La première pierre des extensions du palais de justice a été posée le 26 septembre 2005.

Les différentes institutions judiciaires ont pris possession des lieux de septembre 2011 à juin 2012.

La Justice au cœur de la cité
Un ensemble urbain
Les diverses implantations
Les occupants
Parti architectural
Les techniques spéciales
Planning de fin des travaux
Fiche technique
Publication



La Justice au cœur de la cité

Pour les Liégeois, la place Saint-Lambert est le centre névralgique de la « cité ardente ». Historiquement, cette place est le siège des plus hautes autorités publiques de la ville et de la région. La Justice y est rendue depuis l’époque Notger (Xe siècle).

Afin de remédier aux démolitions successives de la fin du XIXe et du milieu du XXe siècle et de rendre vie à la place Saint-Lambert, un schéma directeur de la place et de ses environs a été adopté en janvier 1985.

La décision de construire les Extensions du palais de justice place Saint-Lambert, à proximité immédiate de l’ancien palais logé au Palais des Princes-Evêques, entre dans le cadre de ce schéma directeur.

Le maintien des institutions judiciaires au centre de la cité permet:

  • d’assurer le rôle symbolique et la mission sociale de première importance que doivent assumer les institutions judiciaires ;

  • de faciliter l’accessibilité des lieux à tous (gare des bus, gare SNCB, parkings voitures à proximité) ;

  • de répondre à l’évolution de la législation relative à la prévention contre l’incendie, au bien-être des travailleurs, à la sécurité, à l’accessibilité des personnes handicapées… ;

  • de réaliser la centralisation de tous les services judiciaires à proximité du palais de justice actuel répondant ainsi aux multiples réformes de l’organisation judiciaire et aux besoins nouveaux en matière de surfaces pour tous les services de la Justice ;

  • de rationaliser le fonctionnement des services judiciaires et d’offrir au personnel du Service Public Fédéral Justice, aux avocats… des conditions de travail décentes conformes aux lois et réglementations en vigueur ;

  • de faciliter l’accès à la Justice en améliorant notamment l’accueil du justiciable.

Top


Un ensemble urbain

L’architecture a été conçue pour être un ensemble urbain formant un tout composé de nombreux volumes exprimant chaque juridiction avec son caractère propre. Ces volumes ont engendré de nouveaux espaces, des places et des perspectives multiples.

Ce nouvel ensemble en adéquation avec le bâti existant engendre des cheminements restructurant les quartiers et les reliant au centre urbain par le biais d'une dalle qui couvre les voies au-dessus de la gare et par la création d'une passerelle de 58 mètres au-dessus de la rue de Bruxelles. Cette nouvelle passerelle unit les quartiers nord et sud : l’îlot Saint-Michel et le quartier de Pierreuse. Elle crée un effet de porte, signifiant l’entrée dans le centre urbain, sur la place Saint-Lambert en particulier et offre de nouvelles perspectives sur la façade néogothique du Palais. Elle est composée de deux éléments élancés en béton passant au-dessus des voies de circulation et s’appuyant au centre sur un socle servant en même temps de bouche de ventilation des sous-sols.

Quant à la place Notger, elle forme maintenant un espace d’une très élégante proportion. Composée de la façade ouest du Palais des Princes-Evêques, mis en valeur par l’ensemble des nouvelles constructions et par la nouvelle passerelle, elle marque l’entrée de la ville.

La réalisation de ce nouvel ensemble urbain a aussi permis de rendre les voiries avoisinantes plus conviviales et mieux adaptées aux besoins des habitants. De nouvelles voiries piétonnes ont été créées, la rue Fond Saint-Servais a été entièrement rénovée et les escaliers « Pierreuse » ont été rendus plus ergonomiques et plus sécurisants (reconstruction avec plusieurs paliers ouverts par des jardins, éclairage public intégré…). Par convention, ces nouveaux espaces urbains seront transmis à la Ville de Liège.

Top


Les diverses implantations

Les Extensions du Palais comprennent plusieurs bâtiments distincts répartis de part et d’autre de la rue de Bruxelles. Cette multiplicité permet d’éviter l’effet de masse et facilite une certaine perméabilité créant, de ce fait, de multiples perspectives en adéquation avec la sinuosité des rues des quartiers anciens. Elles se démarquent clairement de la rigoureuse géométrie classique et néo-gothique du Palais des Princes-Evêques.

Top


Les occupants

Les bâtiments sud (A, B et C reliés entre eux) comprennent :

  • la cour du travail ;

  • l’auditorat général près la cour du travail ;

  • le tribunal du travail ;

  • l’auditorat du travail ;

  • le tribunal de commerce.

Les bâtiments nord (D, E et F reliés entre eux) sont composés de :

  • tribunal de 1ère instance ;

  • tribunal de 1ère instance – instruction ;

  • tribunal de la jeunesse ;

  • parquet du Procureur du Roi ;

  • parquet de la jeunesse ;

  • 3 cantons de justices de paix ;

  • Chambre des mises en accusation ;

  • complexe cellulaire ;

  • un ensemble de locaux communs (respect du R.G.P.T., locaux avocats, …) ;

  • quelques locaux techniques pour les besoins de la S.N.C.B., comme une zone d'accès aux rails y sont intégrés.

Le bâtiment G : Cafétéria commune à tous les Services

Dans l’ancien Palais des Princes-Evêques, on trouvera :

  • la cour d’appel ;

  • le parquet général ;

  • la cour d’assises ;

  • le poste de détention.

Le tribunal de police et le parquet de police seront hébergés dans un immeuble loué, rue Saint-Gilles.

Top


Parti architectural

Ce chantier qui a débuté le 1er septembre 2005 ne fut pas simple du fait de sa situation au centre ville et de la proximité d’une zone ferroviaire, la gare du Palais.

Pour des raisons économiques, on a utilisé au maximum les ouvrages souterrains construits entre 1975 et 1981, en les adaptant et en les renforçant à certains endroits pour les réaffecter à d'autres fonctions.

L’architecture des bâtiments est sobre et l’ensemble garde une unité par la forme des toitures et le traitement des façades (pierres bleues, pierres de France, zinc) et de leurs percements (baies régulières en symbiose avec celles du Palais). Les larges façades exposées au sud permettent un apport de lumière remarquable.

De manière générale, l’ensemble simple et classique se rapproche, notamment dans les matériaux employés, des architectures traditionnelles du centre ancien. Toutefois, les bâtiments de la Justice, s’affirmant en tant qu’architecture contemporaine, se veulent un point fort du paysage urbain de jour comme de nuit. C’est pour cette raison qu’à titre de charge d’urbanisme, une illumination des bâtiments sera réalisée afin de mettre en valeur et de sécuriser les nouveaux espaces créés et les voiries publiques. Cette illumination doit produire une « valeur artistique ajoutée » à la cité en façonnant une image contemporaine plus accueillante tout en affirmant son identité.

Les espaces intérieurs sont accueillants, généreux et vivants. Ils permettent souvent des regards, parfois inattendus sur la Ville et son activité.
L'atmosphère lumineuse et claire crée un cadre de travail serein tout en signifiant une grande accessibilité pour tous.

L'unité des matériaux à travers les différents étages et bâtiments, un dessin précis et une réalisation soignée témoignent également de cette volonté.
Les huisseries de chêne massif blanchi, les parements de placage chêne blanchi, les murs clairs relient les uns aux autres les différentes fonctions.
La pierre de Bourgogne, douce, le parquet de chêne huilé, chaud, et le linoléum clair, sur couche de liège pour le confort acoustique, identifient respectivement les halls d'entrée et des pas perdus, les salles d'audience et les espaces de bureaux.

Eléments dynamiques, les cabines d'ascenseurs apportent leur lumière colorée aux étages.
Discrètes et changeantes sous le soleil, ces mêmes couleurs ponctuent les halls et, le soir, feront sourire les façades.

La construction hors-sol totalise pour tous les bâtiments une superficie brute extra-muros de 39 735 m².
Une liaison en sous-sol, entre les nouveaux bâtiments permet d’assurer le transfert sécurisé des détenus, la circulation des magistrats et des agents de la Justice ainsi que les multiples liaisons de techniques spéciales.
Les sous-sols existants ont été adaptés pour recevoir des surfaces d’archives, certains locaux techniques et un parking sur 3 niveaux, en liaison avec un parking public et un parking privé.

Top


Les techniques spéciales

Electricité - Eclairage

Un système de gestion générale des installations d’électricité a été mis au point afin d’assurer la gestion de l'éclairage, de la commande des stores et des blocs autonomes de sécurité ainsi que la centralisation des alarmes.

Pour la gestion de l’éclairage, deux périodes d’occupation sont prises en compte : une période “jour” qui correspond aux heures normales de service et une période “creuse” qui se situe en dehors des heures normales de service où l’occupation des locaux est très faible.

Lors du passage d’une période à l’autre, des ordres d’extinction ou d’allumage sont transmis à l’ensemble des installations d’éclairage raccordées au système de gestion. Le personnel encore présent dans les bâtiments peut cependant encore actionner les commandes des zones occupées pour ré-enclencher l’éclairage, que ce soit dans les bureaux, les couloirs, les escaliers, les sanitaires ou les salles d’audiences.

Le système de gestion tient également compte de l’apport de la lumière naturelle. En effet, les cloisons entre les bureaux et le couloir sont pourvues d’une attique vitrée qui permet à la lumière du jour de pénétrer dans le couloir.
Ainsi, l’économie d’énergie est réalisée par une commande intelligente de l’éclairage.

Chauffage et ventilation

Pour assurer les périodes dites « froides », tous les locaux sont équipés de convecteurs à ailettes alimentés en eau chaude produite par des chaudières à condensation du type classique "à haut rendement". Une régulation de la température de départ chaudière est prévue en fonction de la température extérieure.

Pour les périodes dites « chaudes » les salles d’audience sont desservies par une installation de conditionnement d’air.
Le rafraîchissement des zones de bureaux consiste en un refroidissement de l’air obtenu par diminution de la température de l’air extérieur via les groupes de froid et des échangeurs thermiques placés en toiture.

Les façades, les plus exposées au rayonnement du soleil (sud et ouest), sont équipées de stores extérieurs de protection solaire. Ces stores sont commandés par un système de gestion qui les descend ou les remonte selon l’ensoleillement. Les utilisateurs peuvent également les commander manuellement.
Ce système permet ainsi de ne pas surchauffer les locaux exposés au soleil, même en l’absence de(s) occupant(s).

Les châssis de fenêtre en aluminium sont équipés de vitrages acoustiques à hautes performances thermiques qui permettent de diminuer les charges de chauffage et de refroidissement des locaux tout en prenant compte des apports solaires ainsi que de l’éclairage naturel.

Ascenseurs

23 ascenseurs, contrôlés en permanence à distance, équipent le site des extensions : 4 ascenseurs parkings et 19 ascenseurs dans les bâtiments en surface.
Ces appareils sont installés avec des équipements de technologies modernes répondant aux principes d'économie d'énergie.
Les cabines spacieuses ont un design sobre et économique avec un éclairage leds coloré.

Top


Planning de fin des travaux

Des travaux tels que certains cloisonnements, les mobiliers fixes par destination, la signalisation fonctionnelle et de sécurité se poursuivront au deuxième semestre de 2012.

Top


Fiche technique

Propriétaire : Etat belge
Maître de l’ouvrage : Régie des Bâtiments
Bureau d’architecte : Atelier d'Architecture du Sart Tilman (AAST)
Claude STREBELLE (†), architecte responsable
Thierry DREZE, architecte directeur de projet
Entreprise générale : Association momentanée Duchêne-Valens
Contrôle technique : SECO s.a.
Superficie totale extra-muros : +/- 40 000 m²
Sous-sols et parking : 10 000 m² de surfaces d’archives
Parking de 17 600 m² pour 344 voitures
Durée des travaux : 1er septembre 2005 – fin 2012
Coûts des travaux
Le montant des travaux liquidés à la date du 05/09/2011 est de 79 037 693,14 € sur un montant budgétaire total de 90 000 000 € accordé par le Conseil des ministres en date du 20/02/2010. Si le 09/03/2001, le Conseil des ministres a autorisé un montant de 74 368 057 € (soit 3 milliards de BEF), celui-ci a dû être revu compte tenu de la révision des prix atteignant plus de 30% de la valeur initiale du marché adjugé.
Financement
Alternatif : 50 millions d’euros via un contrat de financement conclu avec la Banque Européenne d’Investissement, le solde par un contrat de financement à solliciter auprès des banques, selon les dispositions confirmées en Conseil des Ministres du 20/02/2010.

Top


Publication

Le palais de justice de Liège et ses extensions,
Régie des Bâtiments, Service de Presse, Bruxelles, septembre 2005.

Top

Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande
Cliquez pour une photo plus grande

Dossier actualisé le: 17/07/2012


© Régie des Bâtiments - Administration centrale : avenue de la Toison d'Or 87 boîte 2 - 1060 Bruxelles
Tél. général : +32 (0)2 541 65 11 - Fax général : +32 (0)2 541 71 94